Vivre au Vietnam: les pours et les contres

Buffle du Vietnam à Hoa Lu
expatriation-vietnam.com

S’expatrier au Vietnam peut être une aventure extraordinaire. Il existe de nombreux avantages de vivre dans ce pays qui offre une grande richesse culturelle. Cependant, il est important d’avoir connaissance des contraintes afin de se préparer à y faire face.

Les POURS :

Le coût de la vie :

Je pense qu’il s’agit d’une des raisons principales qui pousse un étranger à s’installer au Vietnam. Si vous êtes entrepreneur, retraité ou même salarié (professeur de langue étrangère, nomade digital…), alors vous pourrez faire beaucoup d’économies. Sachant que le salaire moyen d’un vietnamien est de 150 USD par mois, vous pourrez vivre tout à fait confortablement avec environ 800 euros par mois.

Le climat :

Si vous décidez de vivre au Vietnam, j’imagine que c’est aussi pour son climat tropical. En effet, vous aurez la plupart du temps plus chaud que froid et vous pourrez vivre en short et en tongs si tel est votre rêve.

Il existe deux saisons au Vietnam, la saison sèche (de novembre à avril) et la saison humide (de mai à octobre). Il existe quelques différences en fonction que vous vivez dans le nord (plus froid et humide), au centre ou dans le sud du pays.

Une grande communauté d’expatriés :

Il existe une grande communauté d’expatriés dans les grandes villes comme Hanoï et Ho-Chi-Minh-Ville, ce qui permet de ne pas se sentir seul dans un pays étranger. D’après ce site,  “Au 31 décembre 2014, 1336 Français étaient immatriculés à Hanoï, à la section consulaire de l’Ambassade et 5699 auprès du consulat général de France à Hô Chi Minh-Ville “. Je n’ai pas réussi à trouver de chiffres plus récents mais c’est pour vous dire à quel point nombreux sont les expatriés français au Vietnam.

L’attitude accueillante des vietnamiens :

Les vietnamiens sont très accueillants et curieux envers les étrangers. Ils apprécient le contact avec les touristes. Ne soyez pas surpris de voir des vietnamiens vous proposer de boire un verre avec eux dans la rue ou de les voir vous prendre en photo. Ils sont chaleureux et n’hésiteront pas à vous aider si besoin.

La variété des sites touristiques et des activités :

Je pense que la découverte d’un pays se fait par la compréhension de son histoire et de sa culture. Le Vietnam est un pays où vous trouverez un large choix d’activités à faire (activités nautiques, parcs d’attractions…) et de sites culturels à visiter (musées, temples, vestiges…). Vous pourrez réaliser des roadtrip à travers le pays et découvrir des paysages qui sont à couper le souffle.

La gastronomie vietnamienne :

Elle fait partie des meilleures cuisines du monde. Vous pourrez manger des plats traditionnels comme le pho, le bo bun, le bun cha, le banh cuon, le banh mi et bien d’autres. Vous aurez le choix d’acheter à manger dans des street food ou bien de vous installer plus confortablement dans de grands restaurants. Vous trouverez également énormément de restaurants internationaux si la cuisine occidentale vous manque, il y en a pour tous les goûts.

La localisation du pays :

Si vous décidez de vivre au Vietnam alors vous passerez vos vacances en Thaïlande, au Laos, au Cambodge, en Indonésie, aux Philippines, en Malaisie, en Chine pour beaucoup moins cher.

L’accès à des écoles internationales :

Pour les personnes souhaitant s’expatrier au Vietnam avec des enfants, vous n’aurez pas de mal à trouver une bonne école à Ho-Chi-Minh-Ville ou à Hanoi. Il existe plusieurs écoles de qualité avec des professeurs internationaux qui accueillent de nombreux enfants d’expatriés. Il faudra cependant penser à faire une demande d’inscription le plus tôt possible car ces écoles sont souvent très demandées.

 

Les CONTRES :

La pollution :

Les grandes villes comme Hanoï et Ho-Chi-Minh-Ville souffrent de la pollution. L’utilisation massive de scooters comme moyen de transport dans certains quartiers augmente la concentration de poussière dans l’air, ce qui le rend difficilement respirable. Vous serez donc amenés à porter un masque de protection comme la majorité des vietnamiens si vous vous déplacez en scooter. De plus, le manque de sensibilisation au tri des déchets reste encore un problème majeur au Vietnam. Ne soyez donc pas surpris de voir des détritus sur les trottoirs.

les délits mineurs :

Le Vietnam est une des destinations les plus sûres, il y a très peu de reports d’agressions, d’agressions sexuelles, de crimes violents et la police est présente dans les rues. Cependant, il est conseillé de toujours rester vigilant. Les pickpockets et les vols à l’arraché sont des problèmes qui touchent surtout les zones touristiques. Vous veillerez donc à faire très attention à vos biens et à votre environnement.

La surfacturation des étrangers :

Malgré l’attitude accueillante des vietnamiens, le Vietnam reste un pays pauvre. Les locaux n’hésitent pas à augmenter les prix lorsqu’ils voient des étrangers. Pour éviter cela, pensez à vérifier et demander les tarifs s’ils ne sont pas affichés avant d’acheter quoique ce soit, avant de vous asseoir dans un restaurant, avant de prendre un taxi. Apprendre quelques mots en vietnamiens pour négocier pourra vous être utile et n’hésitez pas à être ferme tout en restant respectueux. Les vietnamiens ne sont pas agressifs, ils vous feront vite comprendre s’ils sont disposés ou non à négocier.

La barrière de la langue :

L’utilisation de l’alphabet latin pour écrire en vietnamien rend cette langue plutôt facile à apprendre. Cependant, elle reste difficile à prononcer pour les étrangers. Vous serez donc parfois frustrés de ne pas pouvoir vous exprimer et vous faire comprendre par les locaux.  L’anglais est de plus en plus utilisé dans les grandes villes du Vietnam mais encore très peu maîtrisé par la plupart des locaux.

Le manque de transport en commun :

Le système de transport en commun au Vietnam est très limité. Un métro est actuellement en cours de construction à Ho-Chi-Minh-Ville mais il n’en existe pas dans les autres villes.  Vous pourrez vous déplacer en bus, en taxi et en scooters.

Les visas :

Les visas de longue durée sont difficiles à obtenir si vous n’allez pas au Vietnam pour travailler avec un permis de travail. Pour vivre au Vietnam avec un visa touristique, il vous faudra sortir du territoire tous les trois mois pour y revenir avec un nouveau visa (en allant au Cambodge, Laos ou Thaïlande par exemple) et cela peut être un frein pour certaines personnes.

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*